TEST - Gros Plan sur The Incident avec Test du DVD

Notre Test DVD

Gros Plan sur The Incident


Un inédit vidéo angoissant et un premier film.

Le Test DVD

Image 4/5


Pour un DVD l'image est très bonne, d'autant plus que le film se passe en intérieur et pour une bonne partie en basse lumière voir dans la pénombre.

Son 2.5/5


Quelques thèmes musicaux, une ambiance sonore réussie même si dans le film qui nous intéresse il 'y a pas de débordements musicaux probants.

Bonus 4/5

Un entretien avec le réalisateur. Un vrai morceau de choix avec Alexandre Courtès qui revient sur tous les aspects du film, sa genèse, le tournage, ses envies. En un mot : passionnant.

Le film

Il y a de ces films au potentiel évident dont une sortie salle aurait été amplement méritée. The Incident en fait partie et nous voulons revenir sur ce film aux confins du fantastique qui vous entrainera dans un huis clos paranoïaque réussi.

Alexandre Courtès signe un premier film malin, un thriller oppressant et très graphique. Le choix du lieu était primordial et le bâtiment retenu est juste parfait, un bloc de béton style années 80 très froid, très rectiligne, une vraie prison sans fenêtres.  Le lieu propice à un huis clos intense. L'ambiance véhiculée par le réal est prenante et la tension palpable. Tout est progressif, la folie s'installe peu à peu, les personnages se dévoilent, la nature humaine vil surgit.
Courtès use d'une luminosité basse et joue sur nos peurs. Un joli parti pris de tourner le film en langue anglaise, plus facile pour l'export il est vrai, et un vrai engagement dans le film de genre. Les incursions du cinéma français dans le fantastique ne comportent que très peu de réussite et on pourra classer The Incident dans les très bonnes surprises.  

Quelques séquences sanguinolesques parsèment le récit même si de l'aveu même du réalisateur certaines scènes ont été épurées ou enlevés du script. Le but 'étant pas de choquer par le gore mais de tenir son spectateur en haleine. Mention spéciale pour l'affiche elle-aussi très réussie et qui rappelle Chiens de Paille.
Alexandre Courtès, un réalisateur que l'on suivra de très près dans l'avenir.