Test Blu-Ray Man Of Steel

Notre test blu-ray

Test Blu-Ray Man Of Steel


L'histoire:

Un garçon apprend qu'il est doté de pouvoirs extraordinaires et qu'il n'est pas né sur Terre. Une fois jeune adulte, il part en voyage pour découvrir d'où il vient et pourquoi il a été envoyé. Mais le héros en lui se doit de faire surface pour sauver le monde de l'annihilation et devoir un symbole d'espoir pour l'humanité entière.

Le Test Blu-Ray

Image 4.5/5

Une très belle image comme souvent avec l'éditeur qui sait retranscrire le choix visuel du réal . Les effets spéciaux resortent très bien .

Son 4.5/5

Au top pour apprécier comme il se soit la très belle bo de Hans Zimmer et notamment la première musique du film . On vous conseillera une VO une fois de plus beaucoup plus percutante que son homologue française. Les effets sonores sont bien percutants et l'ensemble devrait donner matière a votre Home cinéma.

Bonus 3/5

Un making of en deux parties et un autre caché sous forme de fichier téléchargeable bien plus conséquent et passionnant . On notera aussi un court-métrage d'animation pour feter les 75 ans de Superman.

Présence également de la bande-annonce tonitruante de l'autre blockbuster de Warner : Pacific RIM .

Le film

Warner persiste et signe encore une performance en rebootant une franchise culte et lui insufflant un souffle épique rarement atteint, une intensité rare et de fortes émotions. Man Of Steel pourrait bien devenir au même titre que Dark Knight une référence cinématographique.

Les superlatifs ne manquent pas pour décrire ces 2h23 de pur spectacle, où tout est pensé pour divertir, émouvoir le spectateur avec un sens inné de la mise en scène, du montage et de séquences grandioses renforcées par des effets spéciaux impressionnants. Man Of Steel c’est puissant, dévastateur, intense, oui c’est bien cet adjectif qui reviens sans cesse. Après un début ultra percutant et prometteur bon nombres de productions auraient péché par un manque de rythme mais pas ici. Zack Snyder nous agrippe et ne nous lâche pas et offre une renaissance à l’un des personnages cultes du monde des comics américains.

Tout est repensé, redéfini, pas simplement copié. Une vraie relecture du mythe du costume à l’histoire. Qui dit dit reborn dit aussi nouvel acteur et c’est Henry Cavill qui a hérité du rôle, personnage qui devrait le marquer pour longtemps et lui ouvrir d’autres portes. Un atout charme pour le public féminin en tout cas. Autre personnage très fort : Jor-El , le père de Kal incarné par Russel Crowe, juste parfait. Michael Shannon lui confirme ses talents de « bad guy » en général Zod. Diane Lane et Kevin Costner ne sont pas très en vue et Amy Adams aura surement un rôle plus consistant dans une suite.
L’histoire que l’on connaissait déjà est modifiée, revue, réadaptée et nous tiens en haleine en mélangeant des flashbacks, du temps réel, la découverte des souvenirs, des origines de Clark Kent. On raille souvent ces blockbusters pour un manque total de finesse et des scénarios bâclés, Man Of Steel peut se targuer d’être à la fois un vrai défouloir visuel et sonore mais aussi un film intelligent.

Visuellement on vous le disait c’est du très haut niveau, le nouveau costume est vraiment superbe et on oublie très vite le slip rouge de l’original, un côté plus dark à l’image du film. Côté effets spéciaux le film en regorge et c’est juste incroyable et d’une fluidité. Il fallait bien ça pour mettre en scène un homme d’acier et exprimer la force du personnage et de ses opposants.

On ne peut pas finir sans évoquer le score de Hans Zimmer qui réalise une fois de plus un soundtrack fantastique avec des moments de bravoure. SI on reconnaît le style du compositeur Hans a crée un nouveau thème et des musiques épiques. Du très beau travail.

Allez s’il faut trouver un défaut la 3D qui n’apporte pas grand-chose et assombrit un peu le film. Les conversations 3D sont rarement probantes si on ne tourne pas en natif dans cette technologie.

La vraie épreuve commence maintenant et Man Of Steel 2 déjà annoncé parviendra t’il au même titre que Dark Knight Rises a surpassé son aîné, on l’espère.