Nouveau Cycle ATG à la Maison de la Culture du Japon

La Maison de la Culture du Japon à Paris est décidement très active en cette année 2011. Le Cycle J-Horror viens tout juste de se terminer qu'un nouveau Cycle prends le relais : Le Cycle ATG. (Art Theatre Guild of Japan ou la fabrique d'auteurs).

 

Du Mardi 7 Juin au Samedi 23 Juillet

C'est à l'initiative de petits producteurs, de critiques de cinéma et de cinéphiles associés que fut fondée l'ATG en 1961. Elle put concrétiser ses projets grâce à un mécénat de la compagnie Tôhô qui la dota d'un réseau de dix salles indépendantes. À ses débuts, l'ATG fonctionna comme une structure de distribution à vocation européenne (Nouvelle Vague française, jeune cinéma polonais, nouveau cinéma soviétique, etc.). Elle favorisa en même temps la diffusion de films nationaux classés Art et Essai. En 1966, le succès mondial de Patriotisme ? Rites d'amour et de mort, ?uvre expérimentale du célèbre écrivain Yukio Mishima, l'encouragea à franchir une nouvelle étape : la production. Et c'est ainsi qu'en moins de cinq ans, l'ATG devint le principal foyer artistique nippon, volontairement anti-commercial et anti-industriel, à la marge d'un studio system trop contraint par la rentabilité pour oser s'ouvrir aux avant-gardes nées de l'effervescence politique et culturelle de l'époque.

Refuge des mal-aimés des grands studios (Nagisa Ôshima, Shôhei Imamura, Kijû Yoshida, Masahiro Shinoda), hôte bienveillant de talents hors normes (Toshio Matsumoto, Shûji Terayama, Hiroshi Teshigahara) et d'indépendants irréductibles (Shindô Kaneto, Susumu Hani, Akio Jissôji, Kazuo Kuroki), le système ATG (économie de moyen, partage des risques avec les réalisateurs-producteurs, primauté de l'art) fut un moment unique dans l'histoire du cinéma mondial. Sans l'ATG, le cinéma d'auteur japonais n'aurait jamais existé.

Infos pratiques:

Ce cycle est en accès libre dans la limite des places disponibles et nous vous invitons donc à vous y rendre.

Pour le Calendrier complet des projections , rendez-vous sur cette page.

Nicolas Lepretre

Commentaires

Pseudo

Actualités à propos de