Critique : Contagion de Steven Soderbergh, paranoia homéophatique

Contagion

Ce lundi 24 Octobre se tenait à Paris la première française de Contagion, le nouveau film de Steven Soderbergh en sa présence et en public. L'occasion pour la rédaction de Sallesobscures de livrer sa première critique du film plutôt intimiste, loin des effets spéciaux à grande échelle et des clichés du film catastrophe que l'on peut attendre lorsqu'il s'agit de traiter l'expansion d'une pandémie à l'échelle planétaire.

Paranoia quand tu nous tiens. Steven Soderbergh avec son nouveau film s'attaque à une épidémie, au film catastrophe par excellence en apportant sa touche, sa sensibilité, son savoir faire. Contagion n'est pas un film à grand spectacle à proprement parler et pourra peux être en décontenancer plus d'un. On est très loin d'Alerte, mais le climat est délétère, la tension palpable est d'autant plus marquée et intense.

Soderbergh a l'art et la manière de nous faire remarquer des petits détails, des attitudes. Contagion s'y prête totalement de part la nature de transmission du virus : Le toucher. Et on se prend à penser à une telle tragédie dans notre quotidien. Sans s'en rendre on compte on se touche le visage des centaines de fois par jour, on ouvre des portes, appuye sur des boutons. On devine aisément qu'un tel virus puisse toucher dès lors un grand nombre de personnes.

Le film suit plusieurs personnages à différents échelons, du citoyen de base aux responsables. Point de grande star au générique mais notre Marion Cotillard nationale dans un casting éclectique. Contagion est un film qui se répand, s'insinue et vous attrape et ne vous lâche plus. La musique est partie prenante et avec ses airs electro , apporte le complément qu'il fallait à la réussite du métrage.

Le film est construit comme une véritable enquête et une course contre la montre pour trouver un remède. Tout le génie du réal réside en ce beau tour de force, de nous faire un film à la fois très intimiste, à mi-chemin du documentaire et cette critique masquée de notre société et ce drame qui sommeille.

Soderbergh est un véritable réalisateur caméleon, capable de nous donner un film grand public comme les Oceans ou un film bien plus réel comme ce Contagion qui nous renvoie à la récente grippe H1N1 et montre les travers de l'homme et ses difficultés à faire face à une telle situation.

Contagion, un film éducatif ? Peux être pas, mais informatif, sûrement. En tous les cas fort intéressant.

Nicolas Lepretre

Ils jouent dans Contagion Contagion

Commentaires

Pseudo

Actualités à propos de Contagion