On a vu le Disney de l'été : Lone Ranger, naissance d'un héros : avis de la rédaction

Lone Ranger, Naissance d'un héros

Lone Ranger , le blockbuster de Disney sort dans nos salles demain. La Rédaction a déja pu voir le film et vous rend son verdict.

L'avis de Nicolas:

L’équipe de Pirates des Caraïbes de nouveau réunie pour un Western, voici le programme de Lone Ranger.

Blockbuster estival de Disney, Lone Ranger mets en scène le duo Johnny Depp / Armie Hammer dans les superbes décors de l’Ouest américain dans un film d’action /aventures familial. On y retrouve les ingrédients qui ont fait le succès de la franchise POTC (Pirates des caraïbes) : Une réalisation musclée, explosive, un sens de la mise en scène, des effets spéciaux à tout va, une superbe image. Techniquement parlant on n’a pas grand-chose à reprocher à ce Lone Ranger dont les millions de $ de budget se voient clairement à l’écran. C’est très beau, fluide dans ses séquences d’action.
Pour le reste en revanche, le film manque de panache et pêche par des grosses baisses de régimes entre un début assez tonitruant et un final électrisant. Les 2h30 se font clairement ressentir et le montage avec les flashbacks sur le gamin auraient pu être évités.

Johnny Depp use de ses mimiques habituelles et Armie Hammer s’en sort plus que bien à ses côtés.  Hans Zimmer nous livre une fois de plus un score empli de grandes envolées et se paye même un remix d’un thème bien connu du genre.

L’histoire reste très classique et ne déborde pas de surprises. A noter clairement qu’il s’agit/s’agissait içi (on ne sait pas si une suite sera mise sur les rails) d’un film d’ouverture pour une nouvelle franchise, le temps d’installer ses personnages et le contexte.

Lone Ranger reste un divertissement techniquement irréprochable mais qui aurait mérité d’être plus haletant et moins long.

L'avis de Cyril:

Vous souvenez-vous de l'incroyable Jack Sparrow ? Cette fois-ci, Johnny Depp revient sous les traits déjanté d'un indien : Tonto. On le retrouve donc, de nouveau sous les commandes du réalisateur de la trilogie Pirates Des Caraïbes, Gore Verbinski. Le duo a également travaillé sur le film d'animation Rango, nous avait bluffé et était déjà destiné à un public averti. Donc à l'annonce de les retrouver pour un film de cowboys, tout semblait être parfait. En prime, nous avons un casting de haut standing composé de Helena Bonham Carter, William Fichtner, Tom Wilkinson où se glisse le moins connu Armie Hammer (qui a incarné les jumeaux dans The Social Network). Tous les ingrédients étaient donc réunis pour avoir un western digne de ce nom.

Le film s'ouvre sur une fête foraine qui a pour thématique le far west, c'est là que nous faisons la connaissance du petit Will (dont nous reparlerons plus tard) qui se promène dans un stand consacré à l'état naturel des Indiens, c'est à ce moment précis que le petit garçon va faire une rencontre improbable, celle de Tonto. Nous découvrons donc un Johnny Depp grimé en vieil indien, méconnaissable la magie d'Hollywood opère, heureusement que nous reconnaissons sa voix. Lors de cette rencontre, les deux protagonistes commence à échanger et en viennent à parler de la légende The Lone Ranger. Nous voilà transporté quelques années plutôt, en pleine construction de la fameuse voie ferré qui doit traversé le pays. Durant tout le long métrage, nous traversons de magnifiques décors naturel qui nous en mettent plein la vue. Par contre, la ville où se déroule une partie de l'histoire et les deux villages indiens ne sont pas assez mis en valeur.

Avec un tel casting, on ne peut espérer que du bon pour une production de cette envergure. Le duo Depp/Hammer fonctionne correctement avec de l'humour comme il en faut. Tandis que Tom Wilkinson et James Badge Dale font le job mais sans plus. Le grand méchant de cette histoire, est interprété par l'excellent William Fichtner mais malheureusement dans ce rôle il n'est pas convaincant. Parmi tous ces hommes, n'oublions les deux touches féminines, la première Ruth Wilson et la seconde Helena Bonham Carter. La première n'est vraiment pas crédible et assez fade tandis que la seconde, Helena Bonham Carter nous livre une excellente prestation mais trop peu présente à l'écran ce qui est une déception. Par contre, point fort du film, la monture du Ranger Solitaire, un cheval drôle et bourré de surprises.

Une fois de plus, le grand Hans Zimmer travaille pour la BO d'un des films de Gore Verbinski, par ailleurs on regrettera que la musique ne correspond pas du tout avec la scène de combat final et est trop répétitive. Malheureusement, le film se perd dans le choix de sa cible, il ne saura jamais s'il est plus fait pour un public familial comme dans la trilogie Pirates Des Caraïbes ou pour les adultes avec ces scènes de fusillade digne d'un bon vieux western.

Pour un blockbuster estival, nous retrouvons tout les ingrédients nécessaire comme l'humour, les beaux décors et les grandes scènes d'action. Mais malheureusement nous regrettons que le film traine en longueur et ayant un rythme assez lent par moment.

Enfin pour les curieux, voici quelques infos qui peuvent être intéressantes à prendre en compte. En ce qui concerne le petit garçon Will, nous pouvons supposer qu'il s'agit en fait du fils du neveu de The Lone Ranger. Plusieurs éléments prête à y croire, comme le masque qu'il porte et qu'il est au courant de l'histoire entre Tonto et John Reid même s'il ne connaît pas celle-ci en détail. Donc, si nous prenons tous ces détails en compte le petit Will serait en fait Britt Reid qui deviendra plus tard The Green Hornet.

Vous pourrez avoir quelques détails dans le lien suivant (tout en bas vous trouverez un arbre généalogique) : http://woldnewton.pjfarmer.com/Reid.htm

Et comme dirait Tonto: «N'enlève pas ton masque Kemosabe»

Nicolas Lepretre

Ils jouent dans Lone Ranger, Naissance d'un héros Lone Ranger, Naissance d'un héros

Commentaires

Pseudo

Actualités à propos de Lone Ranger, Naissance d'un héros