RoboCop : Retour sur la rencontre avec l'équipe du film

RoboCop

A l'occasion de la sortie du reboot de RoboCop ce mercredi en salles, nous avons eu la chance de poser quelques questions à une partie de l'équipe du film à travers une table ronde réunissant 5 médias (blogueurs et sites internet).

La rencontre s'est déroulé à travers deux tables rondes où l'on retrouvait d'un côté le réalisateur José Padilha et l'acteur principal Joel Kinnaman alias RoboCop, de l'autre l'actrice Abbie Cornish  qui incarne Clara Murphy, la femme de RoboCop et l'acteur Gary Oldman qui lui est le Docteur Norton.

 

Découvrez dès à présent un résumé de cette rencontre (Attention il y a quelques spoils durant l'article):

 

Voici les gros points à retenir durant cette première table ronde en présence de José Padilha et de Joel Kinnaman.

 

Quelle est la grande différence entre la version de Paul Verhoeven et ce reboot?

 

José Padilha nous a donc expliqué qu'en réalité, il y en avait 2. La première touche la mémoire d'Alex Murphy. Dans la version originale, Alex est déclaré comme mort, rappelez-vous Alex se fait tirer dessus et laisser dans un état plus que critique, après un petit montage, le reste d'Alex Murphy est devenu Robocop. Tandis que dans cette version, malgré l'accident d'Alex Murphy, lorsqu'il devient RoboCop, sa mémoire est intacte et se rappelle donc de son passé. La seconde différence concerne  la nouvelle version, on y découvre une vision plus psychologique, où l'aspect humain et la famille sont beaucoup plus importants.

 

Comment fait-on pour interpréter RoboCop sans être trop influencé par la prestation de Peter Weller?

 

Bien qu'il y ait quelques similitudes entre les deux versions, Joel insiste sur le fait que les univers sont bien différents tout comme ce qu'endure Alex Murphy bref comme Joel le dit : ce sont 2 films bien distincts. Il rajoute que grâce à son expérience théâtrale, l'interprétation a été beaucoup plus simple car il avait plus de facilité à s'imaginer le monde et l'histoire dans lequel il devait se fondre.

 

Selon certains magazines people, Joel serait nu sous sa combinaison de RoboCop, est-ce vrai et si oui pourquoi?

 

Joel a répondu qu'il ne l'était pas, qu'il portait bien un sous vêtement mais qu'il avait quand même cette impression d'être nu sous la combinaison. Cela, l'a aidé à comprendre vraiment son personnage, ce qu'il ressentait et ça lui a permis de trouver un contraste émotionnel avec la puissance du costume en général. Il se sentait fort mais vulnérable à la fois.

Pourquoi avoir construit RoboCop en Chine et non dans un autre pays tel que la France?

 

José a répondu qu'il s'agissait d'une question de coût, construire un robot en France cela serait hors de prix mais qu'il s'agissait avant tout d'une petite blague politique.

Il a enchainé en revenant sur une conversation qu'il a eue avec Michael Keaton à propos de son rôle. Le réalisateur et Michael n'avait pas exactement la même vision des choses. Pour José, il voulait que le personnage de Raymond Sellars soit réaliste et non qu'il joue les "bad guys" comme dans les films de super-héros. Le personnage est mauvais car il est obstiné par sa vision des choses et notamment par la légalisation des machines pour protéger les citoyens quel qu'en soient les conséquences, il veut révolutionner le monde en quelque sorte.

Tandis que pour Michael Keaton, il voit son personnage comme un peu un Steve Jobs, une personne intelligente par sa vision de la technologie, qui peut créer de grandes choses mais dans de mauvaises conditions tel que le conditionnement en Chine.

 

Si RoboCop rencontre un fier succès au box-office, seriez-vous partant pour faire une suite?

 

Avant que José ne puisse répondre, Joel commence par faire semblant de le menacer, ce qui nous fit bien rire.

Après cette minute de rigolade, José répondit avec sérieux que s'il devait faire un film, c'est qu'il a une bonne raison. Le cinéma lui sert à exprimer ces opinions.

Ainsi pour lui, Le RoboCop de 1987 était tellement violent, qu'il pouvait ouvrir les portes au fascisme. Selon José, si tout le monde avait des robots, ce serait la paix dans le monde.

Une suite à RoboCop est envisageable, mais cela dépendra si le sujet lui plait et bien évidemment cela dépendra du succès de celui-ci.

Pour Joel, ce projet est le plus intéressant de sa carrière donc il jouerait avec plaisir la suite surtout qu'il adore son rôle et aimerait en savoir plus sur son personnage d'Alex Murphy. Il aimerait donc continuer ce voyage avec lui.

 

Nous avons posé deux questions aux deux protagonistes :

 

la première à Joel Kinnaman : Comment s'est passé votre rencontre avec Gary Oldman et les acteurs de cette trempe?

 

Tourner avec des acteurs de ce charisme était l'un des rêves de sa vie, ce fut la meilleure expérience de sa jeune carrière ou comme dirait Joel : "It's a dream come true".

Il parle ensuite d'une des scènes les plus compliquées qu'il a eu à tourner, il s'agit du passage après son accident où l'on découvre ce qu'il reste d'Alex Murphy. Ce fut un véritable challenge pour lui car les émotions qu'il devait faire ressentir aux spectateurs étaient l'anxiété et le désespoir. Ces émotions habituellement transmises par les gestes du corps (comme tenir son ventre ou le renfermement sur soi-même) sont ici impossibles au vu de l'état du personnage qu'il interprète. Il a fallu pour l'acteur trouver un autre moyen pour faire face à ce défi et notamment l'utilisation de son imagination, qu'il doit à son expérience théâtrale et également l'aide de Gary Oldman, qui jouait face à lui, l'aiguiller sur son rôle grâce à ses réactions tel que son regard qui était surprenant et engagé vis-à-vis de son personnage. Gary l'a aidé à se surpasser.

 

La seconde question : A l'époque Nancy Allen a incarné l'officier Lewis, cette année nous retrouvons l'officier Lewis sous les traits de Michael K. Williams">Michael K. Williams, est-ce que l'on aurait pu imaginer avoir un RoboCop féminin?

 

Au premier abord, le réalisateur a ri mais ensuite a retrouvé son sérieux. Il a trouvé que l'idée était bonne, et que ça aurait pu être une éventualité.

 

Note personnelle : On ne peut qu'espérer que cette idée fasse son bout de chemin et pourquoi pas voir un RoboCop féminin dans le prochain opus.

 

D'autres sujets ont été abordé un peu plus rapidement avant de passer à la seconde table ronde, tel que si les protagonistes lisaient des comics et notamment avait lu la version de RoboCop sorti bien après celui de 1987 et la réponse fut négative pour les 2. José en avait lu étant jeune mais il lit avant tout des BD comme Astérix.  José a aussi révélé qu'il y a eu 10 semaines de tournage et qu'il avait réuni le casting avant celui-ci, pour voir leur idée et retravailler tous ensemble.

Après avoir passé une vingtaine de minutes avec José et Joel, nous nous sommes rendu dans la pièce où se trouvaient Abbie Cornish et Gary Oldman afin d'assister à une nouvelle table ronde en leur compagnie.

 

La première question concernait Abbie: Est-ce qu'elle aurait pris la même décision (c'est à dire signer l'autorisation pour sauver son mari mais le voir condamné en tant que machine) si le choix s'imposait réellement ?

 

Concernant le film, elle pense que son personnage Clara Murphy a fait le choix de le sauver pour son fils car il a encore sa mémoire et un certain état d'esprit selon elle. De plus l'explication du Docteur Norton l'a convaincu ce qui a pesé beaucoup sur son choix de signer ou non.

Dans la vie réelle, elle avoue qu'elle serait complètement perdue si elle devait prendre une telle décision. Elle nous a même raconté une anecdote assez triste, car vers l'âge de 12 ans, une de ses amies a eu un grave accident, ces parents ont dû prendre une décision similaire qui avait été vraiment dure à prendre.

 

Est-ce que le Docteur Norton semble être plus un scientifique/médecin, en quoi est-il vraiment utile à Alex Murphy et quelles sont ses véritables motivations (la science, l'argent ou aider son prochain)?

 

Gary Oldman cerne son personnage comme quelqu'un de sensible mais avec une pointe artistique. Ce qui intéresse vraiment le Docteur Norton est la science en elle-même, c'est une véritable passion. L'argent est secondaire, ce n'est pas spéculateur.

Dans le film, les médias sont assez partisans, quel est votre rapport avec eux?

 

Pour les deux protagonistes, le sujet est clair: les médias sont omniprésents quoi que l'on fasse quoi que l'on dise, il couvre tout mais ne privilégie pas forcément les bons sujets et ne mettant pas les priorités en avant, il couvre avant tout ce qui les intéresse le plus ou ce qui les fait vendre.

 

Qu'avez-vous aimé dans la façon de travailler avec José Padilha, le réalisateur?

 

Ils sont également unanimes sur le sujet, Gary et Abbie ont aimé comment le projet leur avait été présenté mais également la liberté de direction et production du réalisateur. Il n'y avait pas de contrainte venant des Studios. Gary et Abbie ont également rajouté qu'ils avaient adoré travailler avec José car le fait de travailler avec lui est agréable et que les conditions sont vraiment optimales.

Nous avons également pu poser une question qui concerne les deux intervenants pendant cette table ronde :

 

Comment s'est déroulé le tournage en compagnie de Joel Kinnaman?

 

Pour Abbie Cornish, elle explique qu'elle n'a pas eu beaucoup de scènes en sa compagnie, mais qu'ils ont quand même passé 3 semaines ensemble (3 semaines imposées par le réalisateur pour répéter et apprendre à se connaitre les uns les autres) avant le tournage pour créer avec lui et John Paul Ruttan un esprit de famille palpable à l'écran. Elle a tourné beaucoup plus de scènes avec Gary Oldman ou Michael Keaton. Elle insiste en disant qu'elle a adoré tourner avec cette équipe qui est incroyable et vraiment formidable.

Gary a rajouté qu'il était rare d'avoir un tel genre de répétitions pour un film à gros budget, ce qui est vraiment intéressant et utile.

 

Après ce quart d'heure passez à répondre à nos questions, il était temps pour nous de quitter l'équipe du film.

 

Nous remercions WayToBlue et StudioCanal de nous avoir permis d'assister à cet événement vraiment intéressant, enrichissant et incroyable.

 

Vous pouvez retrouver nos avis sur le film ici: http://www.sallesobscures.com/news-19132-decouvrez-nos-avis-sur-l-excellent-robocop-de-jose-padilha.html

Cyril Maucort

Ils jouent dans RoboCop RoboCop

Commentaires

Pseudo

Actualités à propos de RoboCop