Retour sur la première de Zero Theorem avec Terry Gilliam et Melanie Thierry

Mercredi 11 juin 2014, l’UGC Ciné Cité les Halles accueillait Terry Gilliam à l’occasion de l’avant-première de son film The Zero Theorem.

Après avoir volontiers signé des autographes et tenté quelques mots en français, le réalisateur américain, surexcité, s’est lancé dans une présentation démente et enjouée de son long-métrage :


« ‘Je twitte donc je suis’, dirait Descartes s’il était encore vivant, lance Gilliam, et c’est justement l’histoire de mon film. Mon personnage, Qohen, essaie de se déconnecter. Est-ce possible aujourd’hui ? Je lui ai enlevé sa barbe, ses cheveux, ses sourcils, c’est Mélanie (Thierry) qui s’en charge ! ».

On s’attend donc à un gros morceau de cinéma et le film offre d’ailleurs quelques belles envolées tout en peignant un monde futuriste et halluciné. Malheureusement, il semble manquer un petit quelque chose pour que l’on décolle vraiment. Peut-être un scénario plus rigoureux, car l’intrigue s’essouffle un peu et se répète en laissant trop de questions en suspens. Pourtant bien parti, le récit nous prépare à une conclusion grandiose qui n’arrive jamais et il faut avouer que l’on reste un peu sur sa faim, le réalisateur se perdant dans une quête inaboutie à la manière de son protagoniste qui attend désespérément un appel censé lui révéler le sens de sa vie.

D’un autre côté, rendons hommage à l’imagination toujours foisonnante de Terry Gilliam, décidément surdoué pour créer des univers qui oscillent entre réalisme et science-fiction, où se côtoient des objets réels et imaginaires d’époques passées ou à venir avec des décors superbes et des costumes flamboyants. Quant à Christoph Waltz, il se met littéralement à nu pour jouer cet homme torturé et rend inoubliable les scènes qui se passent dans son esprit ou celui de Bainsley, interprétée par Mélanie Thierry.

Coralie Ls

Ils jouent dans Zero Theorem Zero Theorem

Commentaires

Pseudo

Actualités à propos de Zero Theorem