[critique] Gone Girl: Un coup de maître. Fincher livre un drame vertigineux sur la vie de couple, ses mensonges, ses troubles.

Un coup de maître. Fincher livre un drame vertigineux sur la vie de couple, ses mensonges, ses troubles, ses faux semblants. Gone Girl reprend la trame principale du livre du même nom (Chez nous Les Apparences) et nous entraine dans une histoire de disparition, celle d’une femme Amy.

Fincher n’a pas son pareil pour s’emparer des scripts à fort potentiel et a su tirer la quintessence du Roman, son côté manipulateur, sa trame et son découpage si particulier et tellement malin. A la lecture on s’imaginait déjà un grand film et ce génial metteur en scène réussit encore le coup parfait.
Gone Girl use des codes du thriller tout en restant concentré sur le drame familiale qui s’en découle. La musique très importante joue une part essentielle et amène un décalage émotionnel, tantôt mélancolique quand il s’agit des relations du couple, puis beaucoup plus percutante lorsque l’on tombe dans le polar.

Visuellement léché, un montage très juste, un rythme réglé à la perfection et 2h23 de film qui passent sans fausse note.

La vie à 2 dans ses plus bas aspects, le mariage mis à mal, la complexité d’une relation et des personnages meurtris et mu par des désirs opposés. Un film qui ne laisse pas indifférent et soulève bien des questions. Ce n’est certes que du cinéma ou des lignes d’un roman mais la réflexion est bien là et pesante et devrait réveiller bien des choses chez certaines personnes….

Nicolas Lepretre

Ils jouent dans Gone Girl Gone Girl

Commentaires

Pseudo

Actualités à propos de Gone Girl