[Critique] Ex Machina : un thriller d’anticipation intelligent, un huit clos intense…

Projeté lors du Festival de Gerardmer, Ex Machina est un film d'anticipation intelligent.

Scénariste entre autres de Sunshine et Never let me go, Alex Garland écrit et réalise avec Ex Machina son premier film et c’est une grande réussite.

Surfant sur les codes habituels du genre, il propose malgré tout un film d’anticipation très intelligent. Un film de SF tourné comme un huit clos montant en puissance au fur et à mesure de l’intrigue. Très bien ficelée, celle-ci.

Les deux acteurs, Oscar Isaac (Nathan) et Domhnall Gleeson (Caleb), sont d’une grande justesse. Oscar Isaac nous proposera un petit craquage qui ne pourra que faire sourire le spectateur. Car dans ce drame, il y a aussi une bonne dose d’humour noire.

Alicia Vikander tient avec Ex Machina un superbe rôle.

Le spectateur se retrouve facilement impliqué dans l’histoire cherchant à savoir quelle voix suivre comme c’est le cas de Caleb.

On regrettera légèrement le coté biblique de l’histoire, Nathan se prenant un peu comme dieu créant l’homme sauf qu’il tente de créer une IA semblable à tout point de vue à l’homme.

De plus, Alex Garland nous propose un film à l’image impeccable, au décor épuré et soigné et à la musique parfois envoûtante parfois complètement décalée.

Alors sur un sujet déjà vu, Ex Machina est une vraie petite perle...

 

 

Note : 7.5/10

Nadège Deschamps

Ils jouent dans Ex Machina Ex Machina

Commentaires

Pseudo

Actualités à propos de Ex Machina