[Critique] Avril Et Le Monde Truqué : un modèle de dystopie réussie

Il aura donc fallu sept longues années afin qu'Avril Et Le Monde Truqué arrive jusque dans nos salles obscures. Un travail de forcené, afin de bien coller à l'inestimable oeuvre de Jacques Tardi (les BD Adèle Blanc-Sec, C'était La Guerre Des Tranchées, Putain De Guerre). En effet, le dessin animé n'est pas directement issu d'une oeuvre de l'auteur, mais est conceptualisé comme un hommage à son univers, ses thèmes. Que les fans se rassurent, Tardi s'est tout de même occupé du design des personnages, mais aussi de quelques décors. On s'attendait, donc, à un animé aussi foisonnant qu'engagé, ce qu'est profondément l'auteur.

1941. Le monde est radicalement différent de celui décrit par l’Histoire habituelle. Napoléon V règne sur la France, où, comme partout sur le globe, depuis 70 ans, les savants disparaissent mystérieusement, privant l’humanité d’inventions capitales. Ignorant notamment radio, télévision, électricité, aviation, moteur à explosion, cet univers est enlisé dans une technologie dépassée, comme endormi dans un savoir du XIXème siècle, gouverné par le charbon et la vapeur. C’est dans ce monde étrange qu’une jeune fille, Avril (doublée par Marion Cotillard), part à la recherche de ses parents, scientifiques disparus, en compagnie de Darwin (doublé par Philippe Katerine), son chat parlant, et de Julius (doublé par Marc-André Grondin), jeune gredin des rues. Ce trio devra affronter les dangers et les mystères de ce Monde Truqué. Qui enlève les savants depuis des décennies ? Dans quel sinistre but ?

Avec Avril Et Le Monde Truqué, le spectateur est plongé en pleine ambiance steampunk, au sein d'une histoire dystopique. Les décors de ce Paris souillé, pollué comme jamais, rempli de machineries ne fonctionnant qu'au charbon, forment un tourbillon qui vous propulsera dans l'histoire. Rentrer dans ce dessin-animé est chose aisé, de par la beauté du trait, le caractère du dessin, la justesse de l'animation, en un seul mot : le visuel. Il règne sur Avril Et Le Monde Truqué un vent frais, celui d'une réussite artistique indéniable, et c'est déjà ça de pris dans ce genre d'oeuvre. L'univers, parfaitement approfondi, joue de plusieurs tons. Très sombre sur certaines séquences, comme celle de la poursuite se terminant en ballon dirigeable, il peut aussi accoucher de moments plus doux, de belles respirations bien vues. Le spectateur ne ressent jamais l'impression de trop-plein, qu'on ressent dans certaines productions animées du moment.

Mais Avril Et Le Monde Truqué n'est pas qu'une réussite formelle. C'est aussi une oeuvre fondamentalement très intéressante, abordant plusieurs problématique par le rapport à sa dystopie. Profondément progressiste, le dessin animé démontre tout le danger d'une société engluée dans ses acquis, se reposant sur la destruction pour une survivance qu'elle sait pourtant très éphémère. Avril vit dans un monde où l'arbre est devenu une denrée rare, voir même une pièce de musée, alors que ses concitoyens se bouchent les poumons dans une atmosphère charboneuse carrément immonde. Un véritable cri d'alerte, donc, car si nous avons tiré un trait sur le charbon, nous n'en avons pas fini avec les énergies sales, denrées précieuses à l'origine de conflits modernes dramatiquement meurtriers.

Avril Et Le Monde Truqué démontre aussi tout l'intérêt d'une société en harmonie avec la science. Dans l'univers dystopique du dessin animé, les scientifiques sont pourchassés, forcés à devenir de véritables clandestins, sous peine d'arestation, voir pire. Sans la science, point de salut même si l'oeuvre ne tombe pas dans l'angélisme total. Le dernier tiers démontre que, derrière l'application du savoir, se cache toujours l'idéologie. Dans Avril et Le Monde Truqué, le scénario aborde frontalement le thème, en prenant une des plus amusantes théories du complot pour bien appuyer le propos. Nous ne vous dévoilerons pas qui se cache derrière la manipulation  d'esprits géniaux, mais les amateurs de folie sous acides, tout droit sortie des années soixante-dis, en auront pour leur argent.

Si on ajoute à ce constat des doublages de qualité, on peut dire qu'Avril Et Le Monde Truqué est une belle et grande réussite. Tout de même, il faut préciser que le dernier quart de l'oeuvre est un peu incertain au niveau du rythme, la faute à des transitions très brutales, des séquences d'action un peu trop longues, et un dénouement un brin éventé. Mais rien qui puisse nous rendre véritablement chafouin, Avril Et Le Monde Truqué est bien l'un des meilleurs animés de cette année 2015.

 

Note : 8/10

The Duke

Ils jouent dans Avril et le monde truqué Avril et le monde truqué

Commentaires

Pseudo

Actualités à propos de Avril et le monde truqué