[Critique] DieuMerci ! : Il faut toujours croire en son étoile

C'est un film personnel. C'est ainsi que nous est présenté ce nouveau film de Lucien Jean-Baptiste. A son ton ému et son enthousiasme, on sent bien que le réalisateur et acteur de La Première Etoile et 30° Couleur a mis tout son coeur dans cette comédie douce-amère et son personnage Dieumerci. Et c'est en effet ce que l'on ressent tout au long du film.


Dieumerci nest plus tout jeune, il sort de prison et il est noir. Malheureusement cela représente autant d'obstacles pour réaliser son rêve de gosse : être comédien. Il va pourtant se battre pour y parvenir, malgré un nouvel obstacle qui se place sur son chemin : Clément, un jeune emmerdeur, fils à papa rebelle, avec qui il va devoir composer s'il veut réussir à atteindre son inaccessible étoile.


C'est un film drôle et émouvant. Ici, pas d'enchaînement de blagues potaches, mais un comique de situation qui emmène les personnages dans des lieux et mésaventures rocambolesques. On passe un très bon moment à suivre le duo Lucien Jean-Baptiste et Baptiste Lecaplain, tour à tour amusants, attendrissants et touchants. Car l'émotion est également là, amenée avec justesse. Lucien Jean-Baptiste nous en dévoile progressivement un peu plus sur les personnages, sur leur passé et ce qui les motive à vouloir à tout prix être comédiens. Baptiste Lecaplain est comme à son habitude loufoque, mais reste assez en retenue pour donner un côté tendre et attachant à son personnage. Quant à Lucien Jean-Baptiste, il incarne avec justesse un personnage qui reste fort et déterminé, mais à la fois fragile et en proie aux doutes.

Autour de ce duo improbable gravitent des personnages hauts en couleurs, avec entre autres : la mère antillaise qui croit en son fils plus que tout (plus que lui-même), interprétée lumineusement par Firmine Richard, l'avocat farfelu vivant dans sa voiture et joué par Michel Jonasz, Olivier Sitruk en professeur de théâtre (rôle qui devait à l'origine être interprété par Gérard Depardieu, nous confie Lucien Jean-Baptiste), Delphine Théodore en jeune femme fofolle et attachante, et Oudesh Rughooputh en gérant d'hôtel déjanté (mention spéciale pour lui qui m'a valu un beau fou rire !).


On en ressort donc le sourire aux lèvres. On pourrait reprocher au film de n'être que "sympathique" et avancer que le réalisateur aurait pu aller plus loin dans tout ce qu'il dénonce à travers les épreuves que doit surmonter Dieumerci : la réinsertion, le racisme, la pression sociale… Mais c'est par sa simplicité que le film nous touche. Et, avouons-le, le message que Lucien Jean-Baptiste souhaite nous transmettre : on peut tous réaliser son rêve de gosse, ça fait du bien d'y croire.

 

Note 7/10

Cécile D

Ils jouent dans DieuMerci DieuMerci

Commentaires

Pseudo

Actualités à propos de DieuMerci