[critique] Démolition: Un film fort, émouvant et percutant. Gyllenhaal impressionne

Critique de Nicolas Leprêtre : Un film fort, émouvant et percutant

Note : 8/10

Jake Gyllenhaal démontre une fois n’est pas coutume tout l’éventail de son talent et incarne un homme meurtri, confronté au deuil et à l’acceptation dans un film fort, percutant sur la perte, l’abandon, la remise en cause de beaucoup de chose.

Se reconstruire après un drame, repartir sur de nouvelles bases, s’interroger, faire table rase, tout détruire pour rebâtir. Jake prend cela à la lettre et se lance dans une démolition au premier degré de ce qui l’entoure, tout y passe : meubles, connaissances. La rage, le désespoir, l’incompréhension mais aussi un nouveau départ et une rencontre.

Démolition n’est pas un drame sans lendemain, sans lueur d’espoir, le film distille de vraies émotions et impossible de rester de marbre devant cette histoire.

Jean-Marc Vallée nous interpelle une fois encore à travers sa mise en scène, le thème de son film, ses personnages très forts.
Démolition va vous mettre tour à tour en pièce puis vous ramener à la vie.

Critique de Nadège Deschamps : un drame fort, Jack Gyllenhaal impressionne

Note : 8/10

Après Wild et Dallas Buyers Club, Jean-Marc Vallée revient au cinéma avec Démolition, drame psychologique avec Jack Gyllenhaal, Naomi Watts ou encore Chris Cooper.
Ce film nous plonge dans le quotidien d’un golden boy après la mort de sa femme. Intense et poignant, le film nous pose une question : Faut-il tout détruire pour réussir à se reconstruire après un drame ?
Mais bien que dramatique, le film n’en ai pas larmoyant et au contraire possède une folie douce qui fera même sourire le spectateur. C’est un film très profond et réaliste.
Un soin particulier a été mis dans le choix des musiques qui est en parfaite adéquation avec le scenario. De plus, la photographie et le cadrage sont très bien choisis.

Concernant le casting, Jack Gyllenhaal impressionne encore dans son personnage, Davis Mitchell. Il est comme le film pris d’une folie douce qui le fait passer par tout un tas d’émotion qu’il maitrise parfaitement. La mort de sa femme l’a mis dans un état de rejet de tout ce qu’il l’entoure, il ne croit plus en rien et n’a plus envie de rien. Mais sa rencontre avec Karen (Naomi Watts) et surtout de son fils (joué par Judah Lewis) lui ouvriront les portes de la guérison.

Critique de Lea Flamand : savoir comment se reconstruire

Note : 8,5/10

Démolition est donc un très beau film sur la reconstruction de soi après un drame.

Demolition, c'est un film poignant. Un film qui est capable de nous toucher profondément et de susciter un nombre d'émotions incroyables en moins de deux heures. Nous suivons dans ce film Davis, un homme brisé qui vient de perdre sa femme et ne parvient à ressentir que de l'indifférence face à cette perte. Si Davis est un personnage qui parît sombrer de plus en plus profondémment dans une sorte de dépression, le film n'oublie jamais de nous montrer qu'il y a toujours de l'espoir même là où tout paraît être brisé. Un message beau et fort transmi au spectateur avec brio.

D'un point de vue technique le film est une nouvelle fois une prouesse en terme de réalisation. Après Dallas Buyer Club, Jean-Marc Vallée est parvenu a créer une ambiance particulière et unique. sans pour autant être novateur, la réalisation du film n'en reste pas moins originale et pertinente. Le scénario reste juste, il n'y en a jamais trop, tout est parfaitement dosé.

Que dire du casting ? Jake Gyllenhaal est incroyable dans le rôle de Davis. Il prouve une fois de plus que non seulement les rôles les plus complexes ne lui font pas peur mais en plus qu'il est capable de les assumer avec justesse.

Nicolas Lepretre

Ils jouent dans Demolition Demolition

Commentaires

Pseudo

Actualités à propos de Demolition