A la recherche des femmes chefs: un très bon documentaire aujourd'hui dans les salles. Retrouvez notre critique et ITW de la réalisatrice

Le documentaire A la recherche des femmes chefs sort aujourd'hui dans les salles. Retrouvez notre avis sur le film ainsi qu'une interview de la réalisatrice Vérane Frédiani qui a répondu à nos questions conjointes avec le site cequepensentlesfemmes.fr.

La critique de Nicolas: Un documentaire passionnant:

Le Monde de la Cuisine est un milieu très masculin et refermé. En tous les cas c’est l’image qui est véhiculée à travers les médias, les magazines spécialisés qui mettent en avant les grands cuisiniers au détriment des femmes Chefs pourtant nombreuses mais mise de côté ou pas assez exposées à la lumière.

A la recherche des femmes Chefs est un documentaire qui nous passionne et pourrait durer des heures sans nous perdre et va à la rencontre des talents du Monde entier et fait écho à la place de la femme dans la Société qui doit encore se battre contre pas mal de préjugés, le machisme : un parcours semé d’embûches mais dont le changement arrive peu à peu. C’est une lutte longue mais qui commence à porter ses fruits.

A travers cette recherche c’est aussi le portrait de femmes fortes, de volontés de changer, d’apporter autre chose et une remise en question de pas mal d’idées reçues.

A la recherche des femmes chefs nous en apprend plus sur ce monde de la Cuisine et va vous étonner par moments, vous faire rire et vous révolter aussi. C’est un documentaire riche en découvertes, en rencontres humaines et une belle réflexion.

Note : 7.5/10


Notre interview de Vérane Frédiani


QUESTIONS POUR VÉRANE FRÉDIANI, de la part de Nadège Deschamps & Nicolas Leprêtre pour CEQUEPENSENTLESFEMMES.fr
et SALLESOBSCURES.com.

Pouvez-vous nous parler de l'origine / la genèse de votre projet et l'accueil que vous ont réservées les femmes Chefs justement mais aussi les hommes à travers cette démarche documentaire ?

Après avoir monté le documentaire STEAK (R)EVOLUTION, je voulais passer à la réalisation et il était évident pour moi que mon premier documentaire serait sur la situation des femmes dans le monde. Le choix du documentaire pour le cinéma permet une grande liberté de ton et on peut réellement montrer les choses telles qu’on les filme sans censure aucune. Le monde de la gastronomie s’est imposé à moi car il concentre bon nombre de problématiques que les femmes rencontrent en milieu professionnel. Au delà d’un constat ( oui il y a de nombreuses femmes chefs), le but de mon documentaire est de booster les femmes et de leur donner envie de réaliser leurs rêves, de croire en elles et de faire tomber toutes les barrières. Nous avons besoin de nous voir telles que nous sommes. Nous manquons de confiance en nous, nous ne déléguons qu’avec difficulté, nous sommes appliquées, bonnes élèves quand il faut souvent plutôt jouer le bluff et se mettre en avant. J’espère que mon documentaire nous aidera nous les femmes à avancer.

Les femmes chefs ont toutes été enchantées qu’un tel projet puisse voir le jour. Les hommes chefs eux, ont été plus méfiants. Pourtant ce film n’est pas contre les hommes. C’est un film pour les femmes.

- Avez-vous rencontré des difficultés?  Des portes fermées ? De grandes maisons n'ayant pas voulu jouer le jeu ?

Non, aucune porte fermée. Les femmes professionnelles dans la gastronomie ont réellement envie de s’exprimer et de faire partager leur expérience. Par contre, leur emploi du temps est intense et il a souvent fallu attendre plusieurs mois pour trouver un créneau pour nous rencontrer. C’est pourquoi j’ai fabriqué ce film sur 2 ans, 2015 et 2016.

- Votre ou vos plus belles rencontres lors du tournage ? Aussi bien humaines que culturelles et gastronomiques.

Ma plus grande rencontre humaine, culturelle Et gastronomique fut en Bolivie. Des écoles culinaires ont été implantées dans les quartiers pauvres de La Paz par le restaurant gastronomique GUSTU et entre autres la chef Kamilla Seidler. Ces écoles offrent gratuitement aux jeunes motivés un apprentissage en cuisine. Les jeunes, filles et garçons, cuisinent ensemble et peuvent s’ils le souhaitent devenir des cuisiniers professionnels. Tous cuisinent avec des produits locaux que pour beaucoup ils découvrent car la jeunesse bolivienne a pris l’habitude de se nourrir dans des fast food américains et méprise les recettes traditionnelles locales. Une véritable révolution culinaire est en train de se mettre en place en Bolivie grâce à cette initiative car oui, nous pouvons changer le monde grâce à la gastronomie et les femmes chefs ont un rôle majeur à jouer dans ce changement.

- Une anecdote en particulier à nous décrire?

La première interview que j’ai filmée toute seule était complètement floue et sans son. Elle n’est pas dans le film ! Dommage.
Et puis mon documentaire sortira le jour même où nous dirons officiellement adieu à Simone Veil. J’y vois un signe. Son combat pour les droits des femmes, nous (femmes et hommes), nous nous devons de le continuer.

- Des regrets, des coupes dans le montage ? Peut-être à retrouver sur l'édition DVD… ?

J’ai beaucoup tourné et donc beaucoup coupé au montage. Il n’y a pas une projection à laquelle j’assiste sans penser à tel ou tel moment que j’aimais mais que j’ai du couper pour que le film ne dépasse pas 90 minutes. Mon premier bout à bout faisait 5 heures et je suis très lente pour couper… J’ai donc monté pendant des mois !
J’espère remettre toutes les femmes que j’ai coupées dans le DVD du film. Elles le méritent. J’avais même tourné dans un concours de pizzas en Italie…c’était énorme !

- Allez-vous donner suite à votre documentaire ? Via un site web, Les réseaux sociaux par exemple ?

La page Facebook du film est vraiment là pour que les femmes chefs aient un lieu pour échanger virtuellement mais je pense également créer l’appli A LA RECHERCHE DES FEMMES CHEFS qui indiquera également les boulangères, les bouchères, les fromagères, les sommelières….Nous n’aurons plus d’excuses pour ne pas les trouver !



Nicolas Lepretre

Commentaires

Pseudo

Actualités à propos de