PIFFF 2018: Un lancement réussi avec un double programme barré entre les dérives d'Internet et un tournage maudit

La 8ème édition du PIFFF s’est ouverte hier soir dans la très belle salle du Max Linder Panorama à Paris et nous a proposé un double programme d’entrée.

Le premier film, qui sort d’ailleurs ce jour dans nos salles est Assassination Nation et met à mal les institutions, la société américaine et les dérives d’Internet où un simple Hacker rend complètement folle la ville de Salem (nom bien choisi).

Un film percutant, perturbant, voir choquant qui malheureusement s’inspire trop de la réalité et pourrait véritablement se produire un jour, la frontière est très mince.
Assassination Nation est portée par un quatuor de jeunes actrices et s’inscrit dans la lignée des films avec des personnages féminins forts et qui prennent leurs revanches.

Le film souffre de temps à autre de quelques longueurs et met un certain temps à véritablement poser son concept mais ensuite le programme tourne à un déluge de violence, de sang et d’hysterie collective.

Changement total d’ambiance pour le second film tout droit venu du Japon : Ne Coupez pas ! On dirait nous ne passez pas à côté ! Voilà un bien bel ovni, un horror comédie sur un tournage complètement fou et qui va de surprises en surprises et justement on vous laisse tout découvrir.
Comme quoi on peut encore faire des films de zombies originaux, drôles et malins avec un petit budget. Le film est un véritable carton dans son pays et les Festivals et on comprend pourquoi.

Vivez l’expérience en 2019 en France. (le film a un distrib)

Nicolas Lepretre

Commentaires

Pseudo

Actualités à propos de